Kering partage son outil d’évaluation des coûts environnementaux

© Bessi

© Bessi

Le groupe français Kering, leader mondial de l’habillement et des accessoires, qui compte dans ses rangs de nombreuses marques de luxe, comme Gucci, Boucheron, Saint Laurent, Balenciaga…, ou encore des marques de sport et lifestyle, comme Puma, Electric, Volcom… vient de publier son premier rapport sur ses résultats environnementaux : l’E P & L ou Environmental Profit and Loss Account (Compte de Résultat Environnemental) qui, en prenant en compte les activités de Kering mais aussi de l’ensemble des chaînes d’approvisionnement, établit l’empreinte environnementale du groupe, cette dernière se traduisant en valeur monétaire, qui pour l’année 2013 est estimée à 773 millions d’euros : un bon résultat, les impacts environnementaux du groupe représentant moins de 45 % de ceux d’une entreprise moyenne, indique Kering, dont le président-directeur-général François-Henri Pinault ne manque pas de souligner qu’« il n’y a pas de réussite et de développement possibles sans la préservation des écosystèmes dont nous dépendons ».

Pour François-Henri Pinault, le coût de la dégradation des écosystèmes devant être pris en compte par les sociétés et ce, notamment parce qu’elles sont dépendantes du capital naturel, indique-t-il en introduction du rapport. Pour ce faire, a été mis en place l’E P & L en partenariat avec le cabinet de conseil PwC (Puma ayant servi de marque pilote pour son établissement), un outil pour identifier et chiffrer les impacts de Kering sur l’environnement, mais qui est appelé à servir à d’autres entreprises, Kering mettant à disposition pour tous sa méthodologie, pour à terme une meilleure gestion des « impacts et dépendances vis-à-vis des ressources naturelles ».

L’empreinte environnementale du groupe Kering chiffrée à 773 millions d’euros se répartit ainsi :

  • Pollution de l’air : 64,5 millions d’euros
  • Emissions de gaz à effet de serre : 272,2 millions d’euros
  • Utilisation des sols : 209,9 millions d’euros
  • Production de déchets : 37 millions d’euros
  • Consommation d’eau : 83,2 millions d’euros
  • Pollution de l’eau : 106,2 millions d’euros

commentaires