Développement durable : 60 % des TPE/PME ne s’en soucient guère

© Seelenbluete

© Seelenbluete

Il y a quelques semaines, les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) de région Rhône-Alpes publiaient leur 3e baromètre concernant les TPE/PME (Très petites entreprises/Petites et moyennes entreprises) et le développement durable, un enjeu planétaire toujours plus au cœur de l’actualité, à l’heure où se prépare la COP21 qui vise à trouver un « accord universel et contraignant sur le climat pour maintenir la température globale en deçà de 2 °C », mais qui ne semble pas avoir trouvé écho au sein de la majorité des TPE/PME, ces dernières étant 60 % à se sentir peu ou pas concernées par le développement durable, lui accordant encore moins d’importance qu’en 2013 ! 19 % considérant même que le développement durable dans la gestion de l’entreprise n’a aucun rôle !Un manque d’engagement et d’intérêt qui serait à mettre sur le compte de la situation économique loin d’être au beau fixe et qui pousse nombre de TPE/PME de Rhône-Alpes à mettre leurs priorités ailleurs, selon les résultats de l’étude conduite du 1er au 13 octobre 2014 auprès de 386 entreprises œuvrant dans les secteurs d’activité du BTP, du commerce, des services ou encore de l’industrie, ce dernier secteur accusant le plus fort recul concernant l’importance accordée au développement durable (- 10 points) ! Les problèmes de trésorerie pour 40 % des TPE/PME pénaliseraient la prise de mesures en faveur du développement durable.

Si les entreprises de moins de 10 salariés et de 10 à 49 salariés sont moins sensibles au développement durable qu’en 2013, pour celles de plus de 50, par contre, c’est la tendance inverse, jugeant que c’est une question significative pour 52 %, contre 45 % en 2012 et 2013. La taille entrant ainsi en ligne de compte. Image de l’entreprise, conviction personnelle et satisfaction des clients, telles sont les motivations des entreprises pour réaliser des actions en matière de développement durable. La contrainte réglementaire arrivant en 4e position, mais enregistrant la plus forte progression par rapport à 2013, c’est dans le milieu du BTP que ce facteur est le plus évoqué, suivi de l’industrie, du commerce de détail et services aux particuliers et du commerce de gros et services aux entreprises.

commentaires