1 coureur pour le climat = 1 arbre planté par l’entreprise Reforest’Action

© Cornelinux

© Cornelinux

Il y a deux jours, le 30 mai dernier, a débuté la semaine du développement durable, événement qui a été lancé il y a maintenant plusieurs années, c’est en effet en 2003 qu’il avait lieu pour la première fois. Cette année, il dépasse les frontières françaises et devient ainsi européen, pas moins de 28 pays se mobilisent autour de cette thématique et, COP21 oblige, c’est le climat qui est mis tout particulièrement à l’honneur jusqu’au 5 juin prochain, le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, appelant à faire « le plein d’idées pour recycler, rénover ou encore se déplacer », à travers les quelque 2 000 manifestations qui sont organisées en France et 3 693 initiatives sur le plan européen, de façon à agir pour le climat et à lutter contre les dérèglements dont il est l’objet.

Pour connaître l’ensemble des événements au programme de cette semaine, il suffit de se rendre à l’adresse Internet : http://evenements.developpement-durable.gouv.fr/campagne/sedd2015, qui recense toutes les opérations organisées dans ce cadre, et au nombre des coups de cœur : La course pour le climat, qui se tiendra un petit peu en marge de la semaine du développement durable, puisqu’ayant lieu le 7 juin place du Panthéon, organisée par un collectif d’étudiants qui a reçu le soutien de la Région Ile-de-France et de la Direction régionale Ile-de France de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

La place des Grands Hommes accueillera ainsi 1 500 coureurs pour trois courses : de 1, 2 ou 3 kilomètres, une participation de minimum 6 euros sera demandée par personne, l’argent récolté servira notamment à financer des actions en faveur de l’environnement menées par des associations et surtout la plantation d’arbres, 1 coureur = 1 arbre planté, cette opération de reforestation étant assurée par l’entreprise sociale Reforest’Action et bénéficiera à la forêt de Millemont qui a souffert de la tempête de 1999, chênes et cèdres seront ainsi plantés à l’automne prochain sur deux hectares. Les arbres, en stockant le CO2, étant des acteurs de la lutte contre le changement climatique.

commentaires