Zappos adopte un nouveau mode de gouvernance : l’holacratie

Zappos, gouvernance, holacratieA quoi tient le mal-être des salariés dans leur environnement de travail ? Souvent, ce sont les pratiques managériales, l’encadrement ou plus précisément la hiérarchie qui sont pointés du doigt. Manque de reconnaissance et d’écoute des supérieurs, pression de ces derniers pour toujours plus de productivité et dans des temps toujours plus réduits…

Pour trouver la voie du « bonheur au travail », une entreprise américaine a fait table rase et a instauré un nouveau mode de gouvernance audacieux, où la hiérarchie et les titres ont été littéralement bannis de la sphère de la société.

Cette firme aux idées révolutionnaires, qui redéfinit totalement les règles d’organisation en son sein, n’est autre qu’une filiale d’Amazon, à savoir Zappos, entreprise ne comptant pas moins de 1 500 salariés, spécialisée dans la vente de chaussures sur Internet, basée à Las Vegas, qui prône une nouvelle culture du travail basée sur l’ « holacratie » à la Brian Robertson, une sorte de « décentralisation » mais adoptée au niveau de l’entreprise. Les salariés étant répartis en groupes et l’autorité et les pouvoirs décisionnels partagés, l’autogestion étant également de mise. Ce nouveau système, mêlant à la fois autonomie et codépendance des groupes, testé partiellement depuis un an et demi, a été mis en place totalement il y a quelques mois et aux employés qui ne souhaitent pas se lancer dans cette nouvelle aventure « du zéro manager », sont promises des indemnités de départ, en cas de démission.

commentaires