Des bracelets Clarins pour soutenir la recherche médicale

Clarins

Clarins

D’ici quelques semaines, le groupe français Clarins, présent depuis 1954 sur le marché des cosmétiques haut de gamme, sortira une nouvelle collection de bracelets pour la saison estivale prochaine, bracelets dont la vente permettra de soutenir la recherche médicale en matière de maladies articulaires. Depuis maintenant plusieurs années, l’entreprise familiale lance régulièrement ce genre de bracelets, toujours avec le même objectif : celui de récolter des fonds pour soutenir les actions que mène la Fondation Arthritis Recherche et Rhumatisme, dont Jacques Courtin-Clarins notamment est à l’origine.

En 2012, les parfumeries Beauty Success et Clarins lançaient les bracelets les « Mini-bonheurs de l’été » accompagnés d’une miniature Clarins, soit 35 500 euros récoltés pour lutter contre la polyarthrite rhumatoïde ; en juin 2013, Clarins lançait les bracelets solidaires : Love, Luck, Please et Happy en collaboration avec Hipanema, marque de bracelets brésiliens fondée par les créatrices Delphine et Jenny ; à l’automne 2013, vont également suivre des bracelets avec des cristaux Swarovski Elements toujours en vente sur le site de la Fondation, aux côtés de d’autres bracelets Mini-bonheurs ornés d’un cœur, d’un papillon, d’un oiseau ou d’un soleil. L’opération est donc reconduite cet été avec quatre bracelets en perles d’inspiration grecque : Kéa, Santorin, Milos, Paros, commercialisés dès le 8 juin 2015 au prix de 7 euros, dans les magasins Clarins et sur le site http://www.fondation-arthritis.org/.

Comme à chaque fois, ce sont les petites-filles de Jacques Courtin, Virginie, Claire, Prisca et Jenna, qui pilotent ce projet de création de bracelets mode au profit de la recherche, un combat contre les formes de rhumatismes graves qui leur tient à cœur, la famille Courtin-Clarins ayant été touchée personnellement par la maladie : leur grand-mère Maria Luisa, femme de Jacques Courtin-Clarins, ayant souffert d’une polyarthrite rhumatoïde, mais elle n’oubliait pas que « la beauté est le meilleur moyen de lutter contre la maladie. Lorsqu’une femme se sent plus belle, elle se sent mieux et souffre moins », d’où la raison d’être de ces petits bijoux.

commentaires