AXA, l’IFC et la Banque Mondiale unissent leurs forces afin de renforcer le rôle de l’assurance dans la sécurité routière

© Erchavi

© Erchavi

Les accidents de la route représentent un problème de santé publique mondial : ils tuent chaque année plus de 1,2 million de personnes et en blessent 20 à 50 millions de plus, selon la Banque Mondiale et l’Organisation Mondiale de la Santé.

A l’occasion de la 2ème Conférence Globale pour la Sécurité Routière à Brasilia, AXA, l’IFC et la Banque Mondiale ont organisé ensemble une table-ronde composée de décideurs politiques, de dirigeants du secteur de l’assurance et d’acteurs de la société civile, afin de discuter du rôle de l’assurance en matière de sécurité routière, en particulier dans les pays en développement.

Une Déclaration commune des compagnies d’assurance participant à la table-ronde sera publiée à l’issue de celle-ci.

Faire progresser la sécurité routière est crucial pour AXA, qui y contribue non seulement en fournissant des services d’assurance adaptés, mais aussi en menant des actions de prévention et en finançant la recherche sur les causes des accidents de la route.

Les accidents de la route représentent un problème de santé publique mondial : ils tuent chaque année plus de 1,2 million de personnes et en blessent 20 à 50 millions de plus, selon la Banque Mondiale et l’Organisation Mondiale de la Santé. Sans réponse appropriée, ces chiffres vont encore augmenter de façon spectaculaire, en particulier dans les pays en développement, avec à la clé un impact économique énorme pour ces pays, de l’ordre de un à cinq points de PIB chaque année.

C’est dans ce contexte que s’est ouverte à Brasilia la « 2ème Conférence Globale pour la Sécurité Routière », rassemblant plus de 1 500 participants issus de 150 pays. Il s’agit d’une occasion unique pour les pays membres des Nations Unies d’accélérer leur mobilisation en faveur de la Décennie d’Action pour la Sécurité Routière et des objectifs de sécurité routière fixés dans le cadre des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies, qui prévoient de diviser par deux le nombre de morts et blessés sur les routes d’ici 2020.

Le secteur de l’assurance dispose d’une expérience considérable en matière de recueil et d’analyse des données sur les accidents de la route et elle a donc développé de nombreux partenariats public-privé afin de contribuer à construire les structures nécessaires (agence publique pour la sécurité routière, fonds de garantie, etc.). L’industrie de l’assurance apporte aussi son aide en matière d’éducation à la conduite, en réduisant le coût des accidents et en améliorant le suivi des familles des victimes.

 

commentaires