Discriminations au travail : l’Etat se veut intraitable et annonce des mesures

Ministère du Travail/DICOM/William Alix/SIPA

Ministère du Travail/DICOM/William Alix/SIPA

Hier, mardi 19 mai 2015, le groupe de travail constitué à l’automne 2014 en charge de trouver des solutions pour lutter efficacement contre les discriminations à l’embauche et dans le milieu de l’entreprise, présidé par Jean-Christophe Sciberras, directeur des relations sociales chez Solvay, groupe belge de chimie, a rendu son rapport à François Rebsamen, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, à Christiane Taubira, garde des Sceaux, ministre de la Justice et à Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Un rapport qui s’articule autour de 18 propositions issues d’une réflexion sur : « les méthodes de recrutement non discriminantes ; la lutte contre les discriminations dans la carrière et dans l’emploi ; et le développement de nouvelles voies de recours collectif. »

François Rebsamen justifiant la mise en place de ce plan de lutte contre les discriminations à l’embauche et dans l’emploi, par le fait que « les discriminations minent la cohésion sociale de notre pays, parce qu’elles brouillent le message républicain d’égalité, et parce qu’elles mettent à mal la conception du mérite et du travail qui doit être la nôtre », ne manquant pas de souligner, malgré des politiques de promotion de la diversité au sein de certaines entreprises, l’amplification du phénomène, aidée par la crise, et qui outre des conséquences juridiques peut être préjudiciable économiquement parlant pour les entreprises, en ne recrutant pas par exemple la personne à même de remplir parfaitement une fonction, lui préférant une autre moins compétente mais répondant à des critères discriminatoires.

S’appuyant sur ce rapport du groupe de travail, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures : systématisation du CV anonyme annulée, campagne de testing mise en place pour les sociétés, accompagnement des entreprises par Pôle Emploi pour un recrutement non discriminant via une offre de service, recours à des actions collectives en cas de discriminations, intégration possible de nouveaux indicateurs dans le bilan social, désignation d’un référent égalité des chances, mesures de sensibilisation pour lutter contre les stéréotypes, étude du coût économique de la discrimination et, enfin, mise en valeur des bonnes pratiques et des sociétés portant notamment le label Diversité.

commentaires