« One Heart One Tree », transformation réussie de la tour Eiffel en forêt virtuelle avec l’EPITA

© DR

© DR

À l’occasion de la COP 21, l’artiste Naziha Mestaoui a transformé la tour Eiffel en forêt virtuelle avec le projet One Heart One Tree réalisé avec l’aide des étudiants de l’EPITA et visible du 29 novembre au 4 décembre 2015.

 

Associer le virtuel au réel pour une reforestation participative

Dans le cadre de One Heart One tree, le public était invité à télécharger une application mobile dans laquelle il pouvait acheter un arbre virtuel à planter dans l’une des 6 destinations présentant un projet lié à la protection des forêts :

 

  • Brésil : « Les Savoirs ancestraux de la forêt », avec la Tribu Ashaninka en Amazonie
  • Sénégal : « Restauration des écosystèmes », avec l’association Oceanium, en Basse Casamance
  • Inde : « L’homme qui a planté une forêt », avec Jadav Payeng dans l’Assam
  • Kenya : « Planter pour la paix », avec Green Cross dans la Vallée du Rift
  • France : « Reconnecter l’homme et la nature », dans des systèmes agroforestiers avec Pur Projet
  • Australie : « Régénérer la biodiversité » avec Greening Australia et PurProjet

 

Une fois ceci fait, l’utilisateur pouvait voir pousser l’arbre acheté au rythme de ses pulsions cardiaques (mesure prise lorsque le doigt entre en contact avec le flash du mobile).

Cette animation a été réalisée grâce à un algorithme développé par quatre étudiants en 5e année à l’EPITA (école d’ingénieurs en informatique) : Inès Bisoly, Clément Bourdin, Tommy Lopès et Pierre Sabot.

 

Pour faire le lien avec le monde réel

Les 52 446 arbres achetés via l’application seront effectivement plantés dans le cadre du programme de reforestation. Pour chaque arbre acheté, le participant a reçu un certificat et peut suivre l’évolution de son arbre. Il sera informé sur les conséquences positives de son acte.

 

C’est le rapport entre homme et nature qui définit One Heart One Tree « on peut se reconnecter à la nature, au vivant mais c’est à nous de décider comment, les technologies n’étant que l’extension de notre conscience, de notre imaginaire », affirme Naziha Mestaoui.

 

Une œuvre d’art citoyenne

Entre 18h et 1h, chaque participant pouvait voir son nom ou le message qu’il avait laissé apparaître sur la tour Eiffel qui se muait en une grande jungle de lumière (comme le montre les images ci-dessus).

 

En attendant une éventuelle poursuite de One Heart One Tree dans d’autres villes du monde, les internautes peuvent déjà revivre l’expérience en replay sur le site https://www.1heart1tree.org et suivre l’actualité du projet sur Facebook, Twitter et Instagram.

 

Retrouvez l’interview de Naziha Mestaoui, à l’initiative et porteuse du projet, sur le blog de l’EPITA.

 

commentaires