Naomi Campbell veut plus de diversité sur les podiums

© iamnaomicampbell

© iamnaomicampbell

En 2014, les défilés comptaient 6,8 % de mannequins noires et 7,9 % de mannequins d’origine asiatique, l’industrie de la mode serait-elle « raciste » ? Sans doute un peu, tellement les podiums révèlent un manque de représentativité ethnique… même si la modèle âgée aujourd’hui de 45 ans interviewée par le photographe Nick Knight, Naomi Campbell, qui dénonce cet état de fait, préfère dire que cette inégalité raciale relève plus du « territorialisme » et témoigne d’un manque d’ouverture d’esprit qu’elle veut combattre, espérant faire évoluer la situation dans le bon sens.

Son ambition ? Plus que de créer une tendance concernant une plus grande diversité raciale, elle souhaite que tous les modèles, indifféremment de leur couleur de peau ou de leur croyance, soient traités de la même façon, appelant à une parfaite égalité entre les races, et à ce que tous les modèles soient regardés pour leur belle plastique et non par le prisme de leur origine ethnique. Naomi Campbell affirmant que les mannequins de couleur ne sont pas une mode et ne devraient pas l’être, ce sont juste des modèles comme les autres.

Engagée dans ce combat depuis 28 ans, Naomi Campbell veut poursuivre son action pensant à protéger la jeune génération. Elle a d’ailleurs lancé avec Bethann Hardison et Iman Bowie : « Balanced Diversity », une organisation qui œuvre à promouvoir la diversité raciale dans la mode et à l’inclure dans les défilés, en ayant recours à des mannequins de couleur lors des présentations des collections aussi bien printemps-été, qu’automne-hiver, pour ces deux dernières saisons, les mannequins de la diversité étant encore moins sollicitées. Une situation qui ne peut perdurer, il est grand temps que ça change, comme le scande « Balanced Diversity ». Naomi Campbell, pour sa part, malgré un âge avancé dans le monde de la mode, continue de défiler, pour assurer une représentation des mannequins de couleur.

commentaires