Euro 2016, en route vers une certification ISO 20121

© UEFA

© UEFA

Du 10 juin au 10 juillet 2016, la France accueillera l’UEFA Euro 2016, une compétition de football majeure qui sera « verte ou ne sera pas », il faut dire que les organisateurs veulent faire de cette coupe d’Europe un événement « social et responsable », espérant obtenir la reconnaissance de sa gestion durable en étant labellisée ISO 20121, Jacques Lambert, le président du comité d’organisation, ayant affiché clairement cette ambition, au cours d’une conférence de presse jeudi 9 juillet 2015, déclarant viser cette certification. Pour lui, rien de plus normal que de prendre en considération l’aspect économique, social et environnemental de l’Euro 2016, « tous les organisateurs d’événements doivent revêtir ces responsabilités », a-t-il ainsi déclaré.

Mais pour parvenir à décrocher le fameux label ISO 20121, qui ne lui semble pas inaccessible : « si les autres y sont parvenus, je ne vois aucune raison que nous ne réussissions pas », le plan d’action « Développement Durable » doit être irréprochable et la stratégie adoptée doit ainsi répondre à nombre d’exigences. Une stratégie dont Jacques Lambert a développé les grands axes : rendre l’événement accessible à tous, valides et handicapés (une mesure saluée par Emmanuelle Assmann, présidente du Comité Paralympique et Sportif Français), faire preuve d’une intransigeance absolue concernant les actes de racisme ou de discrimination, promouvoir une bonne hygiène de vie avec un Euro décrété sans tabac (interdiction de fumer dans les stades), mise en place de services d’assistance pour les supporters, optimisation du transport et de la mobilité, de la gestion des déchets, de la consommation d’eau et d’énergie et enfin, promotion des énergies renouvelables et d’un approvisionnement responsable en produits et services.

Concrètement, tout cela va se traduire notamment par le déploiement de 250 volontaires Développement Durable, intervenant sur les questions d’accessibilité, de santé et environnementales, par des mesures de compensation carbone pour les déplacements des officiels et des collaborateurs de l’Euro 2016, avec le financement d’une ferme éolienne en Nouvelle-Calédonie, les spectateurs étant quant à eux incités à opter pour des modes de déplacement plus responsables avec l’aide d’un éco-calculateur, un « Trophée du Respect de l’Environnement » sera également lancé pour encourager les bonnes pratiques, qui seront réunies aux côtés de d’autres gestes responsables dans un guide.

commentaires