L’absentéisme dans les collectivités territoriales en hausse

© DarkoStojanovic

© DarkoStojanovic

Maladie ordinaire, longue maladie/longue durée, accident du travail, maternité, depuis 2009, le taux d’absentéisme dans les collectivités territoriales a bondi de 18 %, s’établissant à 8,7 % pour l’année 2014, c’est ce que révèle une étude conduite par le courtier de référence en assurance des collectivités territoriales et des établissements hospitaliers et expert en matière de performance des organisations et de santé au travail, Sofaxis qui vient de publier en cette fin juin une note de conjoncture relative aux absences pour raison de santé dans les collectivités territoriales. L’étude s’appuyant sur un échantillon de 376 815 agents affiliés à la CNRACL (Caisse Nationale de Retraites des Agents des Collectivités Locales), répartis dans 18 291 collectivités assurées.

Pour l’année 2014, Sofaxis met en lumière, à travers son étude, que l’absentéisme pour cause de maladies ordinaires représente 4,2 %, soit le plus gros facteur d’absence, suivi par les longues maladies (2,5 %), les accidents de travail (1,3 %) et enfin la maternité (0,7 %), pour un total global de 8,7 %. La croissance des arrêts de 18 % en cinq ans étant directement imputable à une hausse des arrêts pour accidents de travail (+35 %) et pour maladies (+12 %), les arrêts maternité accusant une baisse de 11 %, Sofaxis évoquant le vieillissement des agents pour expliquer ce taux.

Si le taux d’absence a augmenté de 2009 à 2014, le nombre de jours d’arrêt également passant de 22 jours à 24 jours, soit +12 %. Tout cela a bien évidemment un coût au niveau des collectivités, Sofaxis indiquant le chiffre de 1 921 euros, c’est-à-dire la moyenne par agent employé en 2014 arrêté pour raison de santé, 873 euros pour un agent arrêté pour une maladie ordinaire. Les absences et le coût qu’elles engendrent impactant le fonctionnement et la performance des collectivités, Sofaxis préconisant ainsi la mise en place d’actions de prévention, face à l’augmentation de l’absentéisme (reparti à la hausse l’année dernière), qui peut s’expliquer par des agents qui prennent de l’âge, plus sujets aux ennuis de santé (en 2013 l’âge moyen les concernant étant de 46 ans), d’autres y voyant l’effet pervers de la suppression du jour de carence début 2014, les agents ayant ainsi leur premier jour d’arrêt maladie payé…

 

commentaires