HELWETT PACKARD ENTERPRISE : NON à tout passage en force !

© Hewlett Packard Enterprise

© Hewlett Packard Enterprise

La CFE-CGC HPE réclame l’instauration d’un véritable dialogue social au sein de la société Hewlett Packard Enterprise (HPE) afin d’éviter que les projets toxiques envisagés par la direction mondiale du groupe ne soient imposés aux salariés français, dans des conditions inacceptables.

 

Après la scission historique de ses activités PC et Imprimantes, la Direction d’HPE a annoncé cet été la suppression de 30.000 postes dans le monde, soit environ 12% des effectifs de l’entreprise.

Parmi la liste des projets de restructuration à l’étude en France et décrits par le PDG d’HPE France figurent l’externalisation forcée d’une partie des activités, la fermeture de certains sites, et un éventuel plan social. La situation est donc particulièrement anxiogène pour les 3 .600 salariés que compte HPE en France.

 

Tout en restant active au sein de l’intersyndicale qui a envoyé une lettre ouverte au PDG d’HPE France, la CFE-CGC réaffirme avec vigueur son opposition à toute forme :

  • de cession d’activités qui se traduirait par une externalisation forcée de salariés
  • de plan social pouvant conduire à des licenciements forcés
  • de fermeture de site accompagnée d’un déménagement forcé des salariés créant des conditions de travail et de transport insupportables.

 

La CFE-CGC HPE utilisera tous les moyens légaux pour s’opposer à ce type de projets et appelle la Direction à ouvrir un dialogue social pour examiner d’autres alternatives, dans la continuité des accords précédemment signés.

commentaires