Egalité professionnelle : Randstad France signe un nouvel accord

© Chereau, Randstad

© Chereau, Randstad

Distingué voilà déjà plusieurs années sur le plan français mais aussi européen pour son engagement en faveur de l’égalité professionnelle hommes – femmes, recevant ainsi le label Egalité professionnelle délivré par l’AFNOR, mais aussi le label européen GE-ES (Gender Equality European Standard), Randstad France poursuit ses efforts dans la lutte contre les discriminations et a annoncé hier, 2 juin 2015, la signature d’un nouvel accord avec les partenaires sociaux, le troisième, portant sur cette question d’égalité désignée comme une « priorité stratégique », avec un volet tourné plus spécifiquement vers les familles monoparentales, des mesures leur étant réservées.

En ce qui concerne les mesures principales de l’accord, elles s’articulent autour de deux axes : la « gestion des ressources humaines et management » et « l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle ». Dans le cadre du premier, l’accent est porté sur la mixité professionnelle, avec la mise en place d’une réflexion à ce sujet, notamment sur ce qui la freine, et la volonté d’une meilleure représentation des femmes au niveau des managers et de la direction. Pour ce qui est du deuxième axe, les salariés aidants au chevet d’un enfant malade ou d’une personne en fin de vie pourront bénéficier respectivement d’un don solidaire de congés et d’une AJAP doublée (Allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie).

Les familles monoparentales, dont sont issus près de 20 % des enfants, selon un chiffre de l’INSEE repris par Aline CREPIN, directrice RSE du groupe Randstad France, sont particulièrement prises en compte dans ce nouvel accord, ce dernier leur octroyant des aides pour leur faciliter la vie quotidienne et pour que les parents seuls puissent également mener une carrière professionnelle réussie : participation aux frais de garde des enfants lors de formations du parent seul, service de téléassistance aux devoirs gratuit, aide à la réduction du temps de trajet maison-travail via le recours à un site internet qui répertorie les logements à proximité du travail, ou encore prise en charge de la part patronale des cotisations d’assurance vieillesse et retraite complémentaire à 100 % pour les femmes travaillant à temps partiel pour garder leurs enfants.

commentaires