Dumping social : Ryanair mis à l’index

© Skeeze

© Skeeze

« Aux grands maux, les grands remèdes », dit le proverbe, qu’a décidé de faire sien Frank Jensen, à savoir le bourgmestre de la ville de Copenhague au Danemark, qui a pris la décision de tout simplement boycotter la compagnie aérienne low cost Ryanair, demandant ainsi à ses 45 000 employés de ne plus avoir recours à la compagnie irlandaise pour la réservation de billets d’avion pour des voyages à caractère officiel. D’autres villes du Danemark comme Ballerup, Ringsted, Roskilde, Hvidovre… ayant adopté la même décision et interdisant de fait à leurs fonctionnaires de voler avec Ryanair. Qu’est-ce qui a donc motivé ces maires à exclure Ryanair de la sorte ?

En cause, les conditions de travail au sein de la compagnie mais aussi les salaires, jugés insatisfaisants par le bourgmestre Frank Jensen notamment. Voilà les raisons avancées pour justifier cette décision, accusant Ryanair de « dumping social », le dumping social se définissant comme « toute pratique consistant, pour un Etat ou une entreprise, à violer, à contourner ou à dégrader, de façon plus ou moins délibérée, le droit social en vigueur – qu’il soit national, communautaire ou international – afin d’en tirer un avantage économique, notamment en termes de compétitivité », selon M. Gaëtan Gorce, rapporteur de l’Assemblée Nationale française.

Ryanair n’a pas manqué de se manifester pour répondre à Frank Jensen, via le porte-parole de la compagnie aérienne Ronan O’Keeffe, se disant surpris par les propos du bourgmestre et signalant qu’il « ne prend pas en considération le fait que les pilotes et le personnel de cabine de Ryanair disposent de salaires élevés, d’une sécurité d’emploi ainsi que d’une convention collective avec la compagnie ». Le dumping social serait donc étranger à Ryanair ? Il n’y a pourtant pas si longtemps que ça, à l’automne dernier, la compagnie était condamnée en appel pour cette raison en France…

commentaires