Des pickpockets font fermer la tour Eiffel

© Belensilva

© Belensilva

Ne se sentant pas en sécurité, une quarantaine d’employés de la tour Eiffel, plus exactement des agents d’accueil, devant être en poste de 9 h 30 à 18 heures, ont décidé de faire valoir leur droit de retrait, ce vendredi 22 mai 2015, entraînant de ce fait la fermeture de l’édifice – au grand dam des personnes déjà présentes sur le parvis – durant sept heures, qui reçoit quelque sept millions de visiteurs chaque année, dont les ¾ sont des étrangers. En cause : la présence devenue insupportable de pickpockets en grand nombre et qui n’hésitent pas à s’en prendre au personnel de la société d’exploitation de la tour Eiffel, qui compte 300 salariés, certains ayant fait état d’agressions et de menaces, ayant donné lieu au dépôt de mains courantes.

Il était aux environs de 16 h 30 quand les touristes ont pu de nouveau avoir accès au monument, eux qui sont les cibles privilégiées des pickpockets, notamment ceux de nationalité asiatique. Une réouverture rendue possible après d’âpres discussions entre la société d’exploitation de la tour Eiffel et les employés, mais qui reste conditionnée à des avancées notables et durables sur le dossier de la délinquance au sein du monument, véritable « fléau ». Les salariés demandent à leur direction de leur fournir des « garanties formelles » et de faire preuve de plus de « détermination ».

La direction, elle, se défend d’un manque de détermination, se disant « engagée dans une coopération active et durable avec la préfecture de police qui a conduit au renforcement continu des mesures visant à garantir la sécurité du personnel et du public » . Toujours est-il que des salariés évoquent des bandes de malfrats de quatre cinq personnes, qui investissent la tour Eiffel pour venir dépouiller des touristes, une trentaine de pickpockets pouvant ainsi sévir, avec parfois des règlements de comptes entre eux !

commentaires