Deauville Green Awards, le festival du film « vert »

© Deauville Green Awards

© Deauville Green Awards

Hier, mardi 9 juin 2015, a débuté à Deauville, la quatrième édition du festival « Deauville Green Awards », à savoir le festival international des productions audiovisuelles pour le développement durable et l’écologie, qui se déroulera jusqu’au jeudi 11 juin 2015, avec au programme des projections bien sûr mais aussi des débats et du networking, pour découvrir, échanger et sensibiliser le plus grand nombre ; le festival, qui a reçu le soutien du ministère de l’Ecologie et du Développement Durable ou encore de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) visant à « récompenser les talents et la créativité dans la réalisation des productions audiovisuelles et mettre en avant les bonnes pratiques des entreprises et institutions en termes de développement durable ».

Cette année, les organisateurs annoncent 250 films en compétition provenant de 30 pays à travers le monde, le festival qui « valorise et récompense des productions dont l’engagement est écologique d’une part, mais aussi social au travers de la thématique de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) », précise l’un de ses fondateurs, François Morgant, dans les colonnes du Figaro, est ouvert aux programmes documentaires TV et documentaires d’auteur, aux films d’entreprise et institutionnels ou encore aux messages promotionnels de sensibilisation grand public. Grand public auquel le festival s’ouvre, n’étant pas réservé qu’aux professionnels pour cette édition 2015, qui accueille notamment un public scolaire, avec plusieurs projections à leur intention au cinéma du Casino Barrière.

Composé de 15 membres (journalistes, communication d’entreprise, spécialistes du développement durable…), le jury international aura pour mission de noter les films en prenant en compte leur qualité technique, de réalisation, l’efficacité du message et surtout leur crédibilité, voulant se prémunir du tout « greenwashing ». Les meilleurs films seront récompensés d’un award matérialisé sous la forme d’un totem fait à partir d’anciennes poutres de châtaignier recyclées, développement durable oblige ! Dans un souci de cohérence avec à la thématique du festival, l’événement se veut écoconçu pour une empreinte environnementale moindre, avec la dématérialisation au maximum des supports de communication ou encore le recours à un service traiteur sensible à la question de durabilité, qui travaille des produits locaux, saisonniers et équitables, le festival visant la certification ISO 20121 accordée aux événements durables.

commentaires