Autoroutes Esterel-Côte d’Azur (Escota) en grève du 3 au 6 juillet

© Tabl-trai

© Tabl-trai

C’est au cours de ce premier week-end de grand départ en vacances qu’ont décidé de faire entendre leur mécontentement les salariés de la société Escota (Autoroutes Esterel-Côte d’Azur), appartenant au groupe Vinci Autoroutes, ayant la concession d’un réseau de 459 kilomètres dans la région sud, justement très prisée par les vacanciers ! Pas moins de deux préavis de grève ont été déposés émanant d’une intersyndicale CFDT-CFTC-CFE CGC-UNSA et du syndicat CGT du personnel d’Escota. La première appelant les salariés à cesser le travail du vendredi 3 juillet à samedi 4 juillet au matin jusqu’à 7 heures. Quant à la CGT qui, le 23 juin dernier informait le président-directeur général d’Escota Paul Maarek de son intention de faire grève, elle a indiqué que, pour sa part, elle prendrait effet du vendredi 3 juillet à 4 heures du matin jusqu’à lundi 6 juillet, 6 heures.

Un mouvement de contestation qui concerne tous les salariés de l’entreprise a précisé la CGT. Au cahier des doléances, des conditions de travail jugées insatisfaisantes, « stress, surcharge, burn-out, souffrance des salariés », « mépris du dialogue social », « remises en cause des avantages acquis, comme les primes », la CGT dans la lettre à Paul Maarek, mentionnant notamment comme revendications : des « effectifs supplémentaires au péage », des « structures avec remplacement des absences », le « maintien des garanties de rémunération au mois le mois », la « dotation de matériel pour le nettoyage des gares de péage », « l’arrêt des pressions liées aux écoutes téléphoniques », ou encore « l’arrêt des restructurations brutales sans concertation »…, évoquant les risques psychosociaux que de telles situations peuvent engendrer.

Une grève qui pourrait impacter les automobilistes, les effectifs assurant l’assistance aux usagers ou présents dans les salles de télé-opération étant réduits, ce qui pourrait entraîner des ralentissements, mais pour faire face à ces désagréments et limiter les perturbations, Vinci Autoroutes a annoncé « un plan de continuité du service rendu ».

commentaires