Au festival Roskilde, tout se recycle même l’urine !

© AgencjaAIAC

© AgencjaAIAC

Ce week-end, s’est achevé un des plus grands festivals de rock et de pop d’Europe, à savoir le festival danois Roskilde qui s’est tenu du 27 juin au 4 juillet dernier. Un rassemblement, qui à l’heure où le développement durable est au cœur des préoccupations, a affiché ses ambitions en la matière, avec notamment le recyclage et la revalorisation d’un déchet un peu particulier, à savoir l’urine des quelque 100 000 festivaliers qu’a accueillis la manifestation, grâce à l’opération lancée à Roskilde : « Piss to Pilsner », espérant par ce biais recueillir 25 000 litres d’urine. « L’énorme quantité d’urine produite dans des festivals a un impact négatif sur l’environnement et le système des eaux usées », dénonçait ainsi Leif Nielsen, du Conseil danois de l’Agriculture et de l’Alimentation, au Guardian.

Le festival a ainsi vu fleurir en son sein des urinoirs surmontés d’une grande affiche, mettant en avant à quoi servirait l’urine récoltée : au « beercycling », « Don’t waste your piss. Danish farmers can turn it into beer again », (« Ne gaspillez pas votre pipi, des fermiers danois peuvent le transformer de nouveau en bière »). L’urine est alors utilisée en guise de fertilisant pour les champs d’orge brassicole destinée à la fabrication de la bière. Un bel exemple d’économie circulaire : on boit de la bière, on urine, l’urine fertilise les champs d’orge, l’orge bien fertilisée est transformée en bière ! Bière qui sera servie pour la prochaine édition du festival !

Une démarche écologique qui s’inscrit dans la volonté du festival d’être toujours plus respectueux de la planète, plus « vert », The Guardian mettant en avant d’autres initiatives prises beaucoup plus conventionnelles : comme la promotion du covoiturage, la vente de bières organiques ou encore l’utilisation de gobelets en plastique recyclé… C’est moins « pittoresque » mais tout aussi efficace…

commentaires